Piratage à la Maison Blanche

CNN affirme que le Département d’Etat et la Maison Blanche ont été victimes d’un piratage de hackers russes. Si la tentative d’intrusion est confirmée, il subsiste pas mal de flou sur la nature des données dérobées.

Selon CNN, le piratage aurait eu lieu au mois d’octobre dernier et serait l’œuvre de hackers russes.

La Maison Blanche affirme que seul un système non classifié a été pénétré mais nos confrères indiquent que ce n’est pas tout à fait exact dans la mesure où l’agenda du Président Obama aurait été dérobé, agenda contenant des rendez-vous et détails non publics. CNN précise : « bien que ces informations ne soient pas classifiées, elles sont hautement sensibles et très prisées des agences de renseignement étrangères, indiquent des officiels américains ».

Mark Stroh, porte-parole du Conseil de Sécurité Nationale (NSC) de la Maison Blanche, a démenti les révélations de la chaîne d’information américaine et indiqué que les accusations contre la Russie n’étaient que pure spéculation.

Précisons toutefois que nos confrères n’ont jamais indiqué que la Russie était derrière tout cela mais seulement que le piratage était l’œuvre de hackers russes pouvant travailler pour le gouvernement russe, ce qui fait tout de même une nuance.

La Maison Blanche a détecté des activités suspectes sur le réseau non classifié au mois d’octobre dernier. Dès la découverte, le système a été fermé pour mettre en place des mises à jour de sécurité.

Une attaque très sophistiquée

Le FBI, les services secrets et les agences de renseignement ont toutes été impliquées dans l’analyse de la brèche, laquelle est considérée comme l’une des attaques les plus sophistiquées menée contre des systèmes gouvernementaux américains.

Pour atteindre la Maison Blanche, les hackers ont d’abord pénétré les systèmes du Département d’Etat. CNN précise que malgré les efforts du Département pour fermer et bloquer les systèmes, les hackers ont été capables de rentrer à nouveau et la question se pose toujours de savoir si l’accès a été – enfin- neutralisé ou si les hackers disposent toujours de portes d’entrée. Comme souvent, l’attaque a commencé par un mail de phishing qui a permis d’introduire un malware dans le système.

James Clapper, directeur de la National Intelligence, précise que les attaques provenant de Russie se multiplient depuis plusieurs mois en fréquences et en férocité. « La menace russe est plus sévère que ce que nous avions préalablement imaginé », a confié M. Clapper au Sénat durant une audition qui s’est déroulée en février dernier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s