SITA SANGARÉ À PROPOS DES SÉLECTIONNEURS NATIONAUX : «CERTAINS SE FONT PAYER … »

Le lundi 9 février 2015, le Président de la Fédération Burkinabè de Football (FBF) Sita Sangaré a organisé une conférence de presse pour faire le bilan de la participation des Etalons à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2015 lors de laquelle les Etalons sont sortis dès le premier tour. Confirmant le limogeage de Paul Put, Sita Sangaré a été interrogé sur la possibilité de recruter un entraîneur national. A son avis, les entraîneurs burkinabè n’ont pas le niveau pour diriger l’équipe nationale.

« Souvent, il y a de la complaisance de la part des entraîneurs locaux. Certains d’entre vous ont attiré notre attention sur des informations qui leur sont parvenues faisant état de pratiques très douteuses, à savoir que certains entraîneurs se font même payer pour pouvoir insérer des joueurs.

A chaque fois, nous avons essayé de vérifier ces informations. Mais nous constatons que malheureusement, les entraîneurs locaux sont loin d’avoir la rigueur nécessaire pour diriger une équipe au plan A ».

Ceci est l’une des réponse du Président de la Fédération Burkinabè de Football (FBF) Sita Sangaré lors de la conférence de presse-bilan de sa structure sur l’échec des Etalons à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2015 sur la possibilité de l’arrivée d’un local à la tête des Etalons.

En plus de cette question de complaisance, Sita Sangaré pense que les entraîneurs nationaux n’ont pas le niveau pour diriger cette sélection.

« Le métier d’entraîneur est un véritable métier comme les autres (…), commence-t-il.  Les entraîneurs ont différents niveaux. Quand vous regardez nos entraîneurs, ceux qui parlent beaucoup, quand vous essayez de constater, peut-être le niveau d’éducation (sic) laisse à désirer. (…) Le football tend à devenir une science.

Pour être un entraîneur, il faut comprendre certains schémas tactiques et techniques. Malheureusement, l’éducation de base (sic) est importante. C’est la même chose pour nos joueurs. Même les joueurs que nous avons, (…) si vous avez un niveau d’éducation (sic) trop bas, il va être très difficile d’assimiler les différents schémas technico-tactiques que les entraîneurs vous demandent ».

Cependant, Sita Sangaré estime que des efforts sont faits pour rehausser le niveau de ces entraîneurs.

« Depuis quelques temps, nous bénéficions de formations de la part de la CAF et de la FIFA pour nos entraîneurs. Nous avons invité nos entraîneurs s’inscrire au haut niveau d’entraîneur », rappelle-t-il avant d’affirmer : « Quand vous regardez même si le plan international, combien d’entraîneurs évoluent à l’étranger à un haut niveau ? On nous parle de certains entraîneurs qui sont à l’étranger, des entraîneurs burkinabè.

D’un,  ils ne sont pas nombreux,  de deux ils sont dans des catégories très basses. Si vous êtes entraîneur d’une équipe de deuxième division aux Emirats Arabes Unis et que vous postulez à diriger l’équipe nationale du Burkina… Lire la suite sur Burkina24 Sport.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s