(ANALYSE) DE L’INQUIÉTUDE DE LA SÉCURITÉ DES DONNÉES SUR SMARTPHONE

139 milliards, c’est le nombre d’applications mobiles téléchargées en 2014. Ces applications fournissent un accès quasiment instantané aux données. Cependant, elles peuvent aussi devenir le talon d’Achille de la sécurité des données.

La sécurité des données personnelles se classe aujourd’hui au premier rang des préoccupations des consommateurs lorsqu’ils songent à utiliser des applications mobiles.

Cela n’est pas surprenant lorsque l’on pense aux scandales des derniers mois, liés au vol des données et notamment celui de certains opérateurs de téléphonie ou des célébrités d’Hollywood. La croissance du mobile aujourd’hui dans le monde est comparable à la révolution d’Internet il y a 20 ans.

Il y a d’une part, une augmentation exponentielle du nombre d’utilisateurs exigeants et qui veulent accéder à toute une gamme de nouveaux services, et d’autre part, des entreprises, des gouvernements et d’autres organismes qui tentent de les leur fournir le plus rapidement possible.

A côté de la sécurité qui est certes primordiale, il y a également la qualité du service, la fiabilité et la performance qui ne le seraient pas moins. Ce qui peut faire écran à la notion de vulnérabilité. En effet, les systèmes permettant de gérer, traiter, stocker et partager les informations provenant de ces applications mobiles ressemblent, dans une bonne mesure, à des icebergs.

Ce que l’utilisateur visualise sur son écran ne constitue qu’une infime partie d’un tout plus vaste. En réalité, l’interface utilisateur de l’appareil mobile, selon les spécialistes, ne représente qu’environ 20% du développement du logiciel nécessaire au fonctionnement global de l’application.

Les 80% restants (gestion de l’engagement des utilisateurs, de la sécurité, des opérations et de l’intégration) se jouent en arrière-plan dans des « Data Centers » situés bien loin de l’utilisateur.

L’exemple du gouvernement croate qui utilise actuellement une solution basée sur un « mainframe » (Ordinateur central) qui permet aux citoyens, depuis leur appareil mobile, de renouveler leur passeport, demander un certificat de mariage, payer des impôts, actualiser leur assurance ou même vérifier le carnet de vaccination de leurs animaux de compagnie, en est illustratif.

Ce nouveau système, même s’il réduit les temps d’attente de plusieurs heures à quelques minutes et supprime la nécessité de se déplacer physiquement auprès des différents services de l’État pour réaliser ces mêmes opérations, renferme quand même ce « petit » point de vulnérabilité.

En attente de quelconques solutions aux protections, défenses et sûretés des données d’utilisateur à caractère personnel notamment sur les smartphones, il faut tenir compte de cette vulnérabilité avant de croire que l’on est complètement en marge des vols de données.

Noufou KINDO

Burkina24

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s