Chaque Burkinabè doit être électeur et éligible aux élections présidentielles…

Le Président du Faso, Michel Kafando, a reçu en audience respectivement les organisations de la société civile (OSC) et les dirigeants et militants de partis politiques, ce mardi 6 janvier 2015 au Palais présidentiel. L’objectif principal de ces rencontres initiées par le Chef de l’Etat était de rendre compte du bilan des activités de la transition à ces différentes couches.

Le Président du Faso, après avoir souhaité ses vœux de nouvel an aux OSC et aux partis politiques, a tenu à mentionner avant tout propos que « c’est ensemble que nous pourrons réussir cette transition afin que le Burkina soit un exemple pour l’Afrique et le reste du monde ».

« Considérez-nous comme des serviteurs », c’est un aveu du Président Michel Kafando adressé à tous les participants de ces rencontres.

Société civile. D’abord, les OSC ont été reçues par le Chef de l’Etat qui a fait cas des acquis de la transition notamment la mise en place du CNT, l’organe représentant le Parlement burkinabè.

Phase dangereuse. Mais qu’il « reste une phase dangereuse qui consiste à l’organisation d’élections transparentes et démocratiques en novembre prochain ».

Michel Kafando a demandé aux OSC de lui faire confiance en « s’engageant de façon gentille » et les a rassuré qu’ « il y aura des élections en novembre 2015 ».

Elections couplées. Le représentant des organisations de la société civile, Jonas Hien, pour sa part, a salué l’initiative de cette rencontre avec le Président. Au cours des échanges, les OSC ont prôné l’organisation d’élections couplées (présidentielles et législatives) et ensuite celles municipales. Mais bien avant tout, les OSC ont soutenu la « professionnalisation de la CENI en formant au maximum les acteurs de ce domaine ».

Candidatures indépendantes. Outre, la société civile souhaite que les Burkinabè de l’étranger puissent voter cette année, car « c’est une manière de leur rendre justice ». Concernant les candidatures indépendantes, elle souhaite, comme indiqué par la Constitution, que chaque Burkinabè soit électeur et éligible aux élections présidentielles.

Partis Politiques. La rencontre entre les dirigeants et militants de partis politiques et le Président du Faso a porté en particulier sur le couplage ou non des élections et le vote ou non des Burkinabè de l’étranger.

Coupler les élections pour des raisons budgétaires. « En termes de bilan de la transition, ça va jusqu’à présent », a dit Michel Kafando qui semble être favorable au « couplage des élections présidentielles-législatives et après celles municipales, pour des raisons budgétaires et afin de ne pas perdre l’essentiel dont la transparence et la démocratie dans les élections ».

Vote Burkinabè de l’étranger. « Encadrer le vote de nos ressortissants en Côte d’Ivoire, la plus forte communauté que nous ayons à l’étranger, risque d’être assez difficile », a tranché le Chef de l’Etat.

Michel Kafando a indiqué par conséquent qu’il « a peur que le danger ne vienne de là-bas », parce que selon lui, « on n’a pas assez d’amis actuellement en Côte d’Ivoire ».

Noufou KINDO

Burkina24

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s